L'environnement, c'est chouette !

par Tyto alba » Lun 5 Mai 2014 22:13

Bonsoir à tous, Je voulais vous faire partager cette bonne nouvelle; la Chouette Effraie (lat. Tyto alba) est de retour dans les combles de l'église de Cornier pour nidifier et ça c'est chouette! Malgré les vicissitudes que la dernière rénovation de l'église (hiver 2012-2013) avait faite subir à une de ses congénères la conduisant à un réveil en plein hiver et à mourir visiblement de faim.Pour rappel notre amie la chouette est un prédateur nocturne classée sur la liste des espèces protégées.Petites vermines des champs, rongeurs de tout poil, gare à vous, la dame blanche est de retour!
Faucigny Consternation après le décès d'une chouette protégée jeudi 14.02.2013, 14:00
 
Selon les témoins, un couple de chouette vivait dans le clocher de Cornier. L'un des deux spécimens est décédé.

Une chouette, espèce protégée, est morte dans le clocher en réfection de Cornier. Consternation chez les amoureux des oiseaux. Elle est de nouveau en colère, cette habitante de Cornier.

Déjà ulcérée en août dernier par les travaux de voirie autour de l'étang asséché où se trouvaient des poissons retrouvés morts, voilà que l'une des deux chouettes effraie qui logeaient dans le beffroi de l'église de Cornier est morte aussi. Or, les travaux de réfection ont commencé en novembre. Pour elle, le lien de l'un à l'autre est très crédible. « Peut-être le stress, la poussière, le bruit du générateur ? J'ai appris que des ouvriers étaient passés mettre des fils électriques entre le toit et la voûte, justement là où elles nichaient. » La chouette a effectivement été retrouvée là-haut, suspendue par la griffe à quelque chose de difficilement identifiable. Or la chouette effraie, autrement appelée effraie des clochers pour sa propension à s'y nicher, est un animal protégé recensé en liste rouge, donc en raréfaction, sur Rhône-Alpes et le département de Haute-Savoie. La Ligue protectrice des Oiseaux (LPO) et l'Office national de la chasse et de la forêt (ONCFS) confirment ces faits. « C'est une bête de plaine, très vulnérable sur la région. Car au fil des réhabilitations on bouche les trous, fenêtres, avec des grillages anti-pigeons, détruisant ainsi leur habitat », explique la LPO. À l'ONCFS, MM. Beaud et Herbaud expliquent que, étant protégée, même le corps de la bête morte devrait ne pas être touché par quelqu'un d'autre que l'ONCFS. Or la chouette a été décrochée. Pour le maire Gilbert Allard, assez irrité de voir resurgir cette administrée trop remontée, il n'y a pas de motif pour que les travaux soient la cause du décès de la chouette. « Seul le maçon travaille là-bas et il n'y a pas de raison qu'il soit allé dans le clocher, on a même enlevé l'escalier. De plus ce maçon, qui travaille avec son fils, est très respectueux, c'est un spécialiste des églises. » Quoi qu'il en soit, le mal est fait. Si la LPO doit faire un courrier en mairie et l'ONCFS souhaite prendre un rendez-vous, c'est avant tout pour profiter de l'occasion afin de sensibiliser les élus sur la problématique. Car si sur le papier, une commune qui aurait "fauté" vis-à-vis d'une espèce protégée peut se voir dresser un PV, encore faut-il prouver qu'il y a eu faute. Et les deux organismes, déjà surchargés de dossiers, doutent de la possibilité d'établir (ou non) les choses après coup... Pas chouette. D.G.

Le Messager
Derniers Articles:
74800 - Cornier - Haute-Savoie